Vendredi 24 juin 2016

 

20h30

 

JORGE HUMBERTO

 

une des plus grandes voix du Cap-Vert

 

accompagné de

 

Laurent JARRIGE

 

Dominique BAZAS

 

et BENTO

 

LE VIN DE L'ÉTÉ

Le Village- 26150 Ponet-Saint-Auban

06. 10. 35. 92. 62 levindelete@live.fr

 

Entrée : 8 euros

 

« … Le troubadour de Mindelo est un cas à part dans le paysage musical du Cap Vert. La richesse et l’originalité de ses textes avec la profondeur et la spontanéité de son approche de la réalité, en font l’héritier de ces chantres éclairés de la capverdianité.. ». MORABEZA Records.

 

Si la morna est avant tout poésie, Jorge Humberto lui rend le lyrisme épuré des origines, un chant inspiré et des textes imagés puisant dans le quotidien insulaire. Magicien des mots, à la fois instinctif et profond, l’enfant de Mindelo est le créateur d’un style dans lequel la veine poético-musicale s’enrichit de la réflexion philosophique.
“Hymne d’amour, d’illusion et de mélancolie” selon l’expression du poète Fausto Duarte, la morna est la forme musicale de prédilection, mais pas la seule, dans le répertoire de cet artiste qui aime aussi composer des coladeiras aux airs plus rapides et aux contenus ouverts à la vision sociale.

 

 

 

 

Chanteur doué d’une voix chaude et convaincante,Jorge Humberto est né un 26 décembre 1959 à São Vicente, dans la ville portuaire de Mindelo, centre cosmopolite et capitale culturelle de l’archipel depuis le siècle dernier.

Les débuts de son travail de compositeur datent de 1975, l'année de l'Indépendance.

 

 

 

La fin de la colonisation libère les esprits qui se mobilisent dans tous les domaines de l’art.

Cette effervescence créative se manifeste aussi avec une floraison de groupes qui donnent un nouvel élan à la musique traditionnelle (mornas et coladeiras) ou à la mise en valeur de ses sources africaines (batuque, tabanka... ) ou européennes (mazurka, contredanse... ).

Jorge Humberto suit le mouvement et, en 1982, commence à jouer à la guitare les mornas et coladeiras classiques, avec une prédilection particulière pour l’héritage des anciens poètes comme Eugénio Tavares et B. Leza, assez proches de sa sensibilité de chroniqueur social.

 

 

Après avoir subi un accident de travail qui lui fragilise les doigts en lui imposant une manière particulière de jouer la guitare, Jorge Humberto s’installe au Portugal.
Ici, il réalise les trois albums (“Guentà” en 1992, “Moiabo um Consolà” en 1995 et “Portexperimental” en 1998) qui vont lui donner une grande notoriété autant au pays qu’auprès des communautés de la diaspora en Europe et aux Etats-Unis.
Très considérées par les artistes capverdiens, ses compositions sont reprises par des chanteuses de renommée comme Fantcha ou Maria Alice, dont les albums sont distribués en France.

Le troubadour de Mindelo est un cas à part dans le paysage musical du Cap Vert. Si la mélancolie lancinante de ses premières compositions s’est quelque peu nuancée (“Maintenant, j’ai changé au niveau des paroles et de la musique”, dit-il aujourd’hui), la richesse et l’originalité de ses textes avec la profondeur et la spontanéité de son approche à la réalité, en font l’héritier de ces chantres éclairés de la capverdianité, des écrivains et poètes comme Baltasar Lopes ou Jorge Barbosa, qui furent parmi les protagonistes du mouvement littéraire de la "Claridade" pendant les années 30 à Mindelo.

Avec ses observations psychologiques, ses refléxions existentielles et ses métaphores, l’écriture de Jorge Humberto s’apparente davantage à la philosophie qu’à la critique sociale.

 

La langue créole qu’il manie et qu’il aime “comme la nourriture que je mange”, un créole originaire et profondement enraciné dans l’histoire de son pays, lui permet une exactitude majeure dans l’expression et une plus forte adhérence sonore des paroles à la musique.

 

 

Contacté par Morabeza Records, la maison discographique fondée en 1965 à Rotterdam par Djunga d’Biluca et qui joua un rôle essentiel dans la diffusion des ouvrages des artistes insulaires, le poète de Mindelo va enfin saisir l'occasion de s'imposer dans le milieu difficile du show-biz.

 

 

 

 

Vendredi 24 juin 2016

 

20h30

 

JORGE HUMBERTO

 

une des plus grandes voix du Cap-Vert

 

accompagné de

 

Laurent JARRIGE

 

Dominique BAZAS

 

et BENTO

 

LE VIN DE L'ÉTÉ

Le Village- 26150 Ponet-Saint-Auban

06. 10. 35. 92. 62 levindelete@live.fr

 

Entrée : 8 euros

 

« … Le troubadour de Mindelo est un cas à part dans le paysage musical du Cap Vert. La richesse et l’originalité de ses textes avec la profondeur et la spontanéité de son approche de la réalité, en font l’héritier de ces chantres éclairés de la capverdianité.. ». MORABEZA Records.

 

Si la morna est avant tout poésie, Jorge Humberto lui rend le lyrisme épuré des origines, un chant inspiré et des textes imagés puisant dans le quotidien insulaire. Magicien des mots, à la fois instinctif et profond, l’enfant de Mindelo est le créateur d’un style dans lequel la veine poético-musicale s’enrichit de la réflexion philosophique.
“Hymne d’amour, d’illusion et de mélancolie” selon l’expression du poète Fausto Duarte, la morna est la forme musicale de prédilection, mais pas la seule, dans le répertoire de cet artiste qui aime aussi composer des coladeiras aux airs plus rapides et aux contenus ouverts à la vision sociale.

 

 

 

 

Chanteur doué d’une voix chaude et convaincante,Jorge Humberto est né un 26 décembre 1959 à São Vicente, dans la ville portuaire de Mindelo, centre cosmopolite et capitale culturelle de l’archipel depuis le siècle dernier.

Les débuts de son travail de compositeur datent de 1975, l'année de l'Indépendance.

 

 

 

La fin de la colonisation libère les esprits qui se mobilisent dans tous les domaines de l’art.

Cette effervescence créative se manifeste aussi avec une floraison de groupes qui donnent un nouvel élan à la musique traditionnelle (mornas et coladeiras) ou à la mise en valeur de ses sources africaines (batuque, tabanka... ) ou européennes (mazurka, contredanse... ).

Jorge Humberto suit le mouvement et, en 1982, commence à jouer à la guitare les mornas et coladeiras classiques, avec une prédilection particulière pour l’héritage des anciens poètes comme Eugénio Tavares et B. Leza, assez proches de sa sensibilité de chroniqueur social.

 

 

Après avoir subi un accident de travail qui lui fragilise les doigts en lui imposant une manière particulière de jouer la guitare, Jorge Humberto s’installe au Portugal.
Ici, il réalise les trois albums (“Guentà” en 1992, “Moiabo um Consolà” en 1995 et “Portexperimental” en 1998) qui vont lui donner une grande notoriété autant au pays qu’auprès des communautés de la diaspora en Europe et aux Etats-Unis.
Très considérées par les artistes capverdiens, ses compositions sont reprises par des chanteuses de renommée comme Fantcha ou Maria Alice, dont les albums sont distribués en France.

Le troubadour de Mindelo est un cas à part dans le paysage musical du Cap Vert. Si la mélancolie lancinante de ses premières compositions s’est quelque peu nuancée (“Maintenant, j’ai changé au niveau des paroles et de la musique”, dit-il aujourd’hui), la richesse et l’originalité de ses textes avec la profondeur et la spontanéité de son approche à la réalité, en font l’héritier de ces chantres éclairés de la capverdianité, des écrivains et poètes comme Baltasar Lopes ou Jorge Barbosa, qui furent parmi les protagonistes du mouvement littéraire de la "Claridade" pendant les années 30 à Mindelo.

Avec ses observations psychologiques, ses refléxions existentielles et ses métaphores, l’écriture de Jorge Humberto s’apparente davantage à la philosophie qu’à la critique sociale.

 

La langue créole qu’il manie et qu’il aime “comme la nourriture que je mange”, un créole originaire et profondement enraciné dans l’histoire de son pays, lui permet une exactitude majeure dans l’expression et une plus forte adhérence sonore des paroles à la musique.

 

 

Contacté par Morabeza Records, la maison discographique fondée en 1965 à Rotterdam par Djunga d’Biluca et qui joua un rôle essentiel dans la diffusion des ouvrages des artistes insulaires, le poète de Mindelo va enfin saisir l'occasion de s'imposer dans le milieu difficile du show-biz.

 

 

 

JUIN 2013

 

Le Vin de l'Été

a le plaisir de vous convier à un moment de découverte artistique et de convivialité :

Old Fish Blasting Company

en concert le dimanche 9 juin 2013 à 17 heures

Une invitation au voyage et à la curiosité. La rencontre inédite de deux groupes, Old Fish Jazzband & Petrojvic Blasting Company. Ces six musiciens nous entrainent dans leur univers vibrant. Un voyage au coeur de deux répertoires où les rythmes des Balkans côtoient le jazz des années 1920 de la Nouvelle Orléans, offrant une musique résolument cosmopolite. Impossible de résister à l'énergie bouillonnante, à la générosité débordante de cette troupe éphémère.

Le Vin de l'Été remercie le festival L'Oasis Bizz'Art, Old Fish Blasting Company, et Anne Tô du Bizzart Orkestra.

AVRIL 2013 :

 

Bizz'art Orkestrar, 19 avril 2013.

Merci beaucoup !

http://fr.myspace.com/bizzartorkestar

Le contenu Google Maps ne s'affiche pas en raison de vos paramètres des cookies actuels. Cliquez sur la politique d'utilisation des cookies (Fonctionnels) pour accepter la politique d'utilisation des cookies de Google Maps et visualiser le contenu. Pour plus d'informations, consultez la politique de confidentialité de Google Maps.